Borg

Borg est une petite localité norvégienne située sur l’île de Vestvågøy, au cœur de l’archipel des îles Lofoten ; elle a pourtant abrité la maison d’un seigneur viking; Les premières occupations des îles Lofoten remontent à 6 000 ans. Les hommes vivaient alors de la chasse et de la pêche, une activité toujours importante de nos jours. Durant l’âge de fer ( 800 avant J.-C.-52 avant J.-C.), Borg faisait partie des sites les plus importants des îles Lofoten. C’est au début de l’ère viking ( 793-1066 ) que les premiers clans apparurent.

La plus grande maison viking

Les archéologues, qui commencent à fouiller le site en 1983, comprennent rapidement qu’ils sont en train de mettre à jour la plus grande maison viking découverte jusqu’à présent.  Le premier bâtiment, construit vers 500 après J.-C. , mesurait 67 m de longueur. Il a ensuite été reconstruit à plusieurs reprises jusqu’à atteindre, dans son dernier état, 83 m de longueur et 8.5 m de largeur.

La maison, qui aurait également servi de lieu de rassemblement, probablement lors de fêtes religieuses, se composait de cinq pièces:

  • le vestibule avec deux entrées, l’une au nord , l’autre au sud ;
  • les quartiers d’habitation, avec un foyer central ;
  • une grande salle où ont été retrouvés des amulettes en or ainsi que des verres et des chopes utilisés lors de banquets ;
  • une étable et probablement une écurie.

Des Lofoten à l’Islande

Les découvertes archéologiques et l’étude des vestiges laissent supposer que le chef viking de Borg aurait appartenu à l’un des clans les plus puissants de la Norvège du Nord et qu’il occupait donc un certain rang dans l’élite scandinave. Il entretenait également de nombreux contacts avec l’extérieur, comme le montrent le verre et la céramique retrouvés, preuve d’une connexion avec l’Angleterre et l’Europe du Sud.

La maison fut abandonnée à la fin du Xe siècle, à une période où le pouvoir en place était en plein bouleversement, ce qui se soldera, à la fin de l’ère viking, par le départ de grands chefs vikings pour l’Islande. Mais cet abandon ne marquera pas la fin de la présence humaine sur l’île, puisque les archéologues ont retrouvé les traces de bâtiments médiévaux datant de 1100-1200 et d’une église du XIVe siècle.