Cusco

Le sanctuaire du Corincancha

Le sanctuaire du Coricancha, centre névralgique de la capitale Inca, subira les affres de la colonisation espagnole mais ne sera qu’en partie détruit. Si les salles et les murs ont été dépouillés de l’or qui les recouvrait, une portion importante des structures a survécu au sein du couvent de Santo Domingo.

Construit à partir ds blocs issus des temples incas, le couvent de Santo Domingo s’élève à l’emplacement exact de l’ancien Coricancha, dont le socle sert de fondation. Riche en symboles, on peut y avoir l’expression de la domination du nouveau pouvoir colonial. Toutefois, une autre lecture est permise, dans laquelle une nouvelle culture métissée voit le jour en plongeant ses racines dans une longue tradition préhistorique.

Les pierres emboîtées

L’ingénierie inca trouve toute son expression dans la construction de murs massifs en pierre polygonales emboîtées. Ce travail de longue haleine, hérité de la maçonnerie tiahuanaco et exécuté avec soin, offre aux édifices une résistance à toute épreuve dans une région où les séismes sont particulièrement fréquents.

Si les Incas sont parvenus à réaliser de telles pièces s’agençant à la perfection, avec des blocs mesurant plusieurs mètres de hauteur, c’est parce qu’ils savaient travailler en groupe. C’est cette capacité qui faisait leur force.

Discussion