L’armée de terre cuite

Des soldats disciplinés

L’armée de terre cuite chargée de veiller sur l’empereur après sa mort, a été répartie dans plusieurs chambres souterraines, dont trois ont été mises au jour. Les soldats dont le nombre est estimé à 7000, y ont été placés alignés sur trois ou quatre rangées, chacun étant séparé de son voisin d’environ 60 cm.
Les rangs sont espacés de moins de 1 m les uns des autres. Chaque galerie est séparée par de larges murs de terre battues. Tous ces soldats sont alignés vers l’est, à l’exception des archers, tournés vers l’extérieur pour monter la garde et surveiller d’éventuelles attaques.

Une armée complète

Les soldats de la tombe de Shi Huangdi devaient refléter la réalité. Ainsi, comme une véritable armée, différentes unités ont été représentées.
En plus des archers et des arbalétriers, qui semblent prêts à décocher une flèche, un genou à terre, des fantassins, des cavaliers et des conducteurs de char et de quadrige viennent grossir les rangs de l’armée impériale.
Bien évidemment, des hommes devaient la diriger. Les archéologues ont ainsi découvert un général et des officiers supérieurs, reconnaissables à leur taille plus imposante et à leurs cuirasses particulières.
Les chercheurs ont également émis l’hypothèse que l’une des chambres, de dimensions réduites par rapport aux autres, pourrait constituer une sorte de quartier général.

Une armée polychrome

Tout comme les statues de l’Antiquité grecque et romaine, l’armée de terre cuite de l’empereur Shi Huangdi était peinte. Les analyses chimiques ont révélé que des couleurs vives et franches ont été employées, comme du rouge, du bleu, du vert ou du violet.
Alors que les visages étaient peints en blanc, l’iris de l’œil, les cheveux et la barbe étaient peints en noir, pour coller le plus fidèlement possible à la réalité. L’usage du brun pour certaines pièces de la cuirasse auraient pu servir à représenter du cuir.