Teotihuacan

À tout juste 40 kilomètres au nord de la capitale aztèque Mexico Tenochtitlan, les ruines de la grande cité de Teotihuacan se dressent dans la vallée et perdurent dans la mémoire.

Non loin de la ville actuelle de Mexico, les vestiges de l’ancienne cité de Teotihuacan ne passent pas inaperçus? Au cours de la première moitié du Ier millénaire de notre ère, le site se développa et gagna en intensité, étendant son aura jusque dans la région maya. Ce caractère cosmopolite de la cité de Teotihuacan se retrouve jusque dans son organisation où existaient des quartiers distincts spécifiques aux différents groupes peuplant le monde  méso-américain de l’époque.

 Une cité planifiée

Le site en impose par son extension et les très nombreuses structures qui composent son plan. L’ensemble est divisé par une longue allée dénommée la Chaussée des mors. Orienté selon un axe nord-sud légèrement décalé, cette vaste voie de circulation conduit sur près de 2 kilomètres directement à la Pyramide de la Lune.

Le long de cette chaussée sont positionnés des édifices et les voies secondaires mènent aux différents quartiers. Associée à cet axe et faisant le pendant de la Pyramide de la Lune, la Pyramide du Soleil est l’une des plus imposantes constructions d’Amérique. Depuis leur création, ces structures ont toujours été visibles dans le paysage et étaient parfaitement connues des populations préhispaniques.

Le dieu Quetzalcóatl est très présent dans les mythes? C’es lui notamment qui descendit dans l’inframonde pour récupérer les anciens os et créer la nouvelle humanité. C’est lui encore qui fournit aux hommes les ressources pour se nourrir, le maïs et le feu.

Les fouilles archéologiques ont permis d’approfondir nos connaissances des différentes phases d’occupation et de construction du site. Récemment, un tunnel passant sous la cité et menant au temple de Quetzalcóatl a été découvert et n’a pas encore livré tous ses secrets? Rempli d’offrandes diverses – sculptures, objets en jade, parures, conques importées du golfe du Mexique…-, il semble conduire à des salles murées qui pourraient correspondre aux chambres funéraires des dignitaires de la cité, éléments inconnus à ce jour.

Le mythe du 5ème Soleil

Une chose est sûre : cette antique cité avait atteint un tel niveau de prestige que les Aztèques, se revendiquant de son héritage, en firent le lieu mythique de la création du monde? Dans le récit qui nous est parvenu, c’est dans la cité de Teothuacan que se rassemblèrent les dieux lors de la création du 5ème Soleil. Déçus par les phases antérieures  – chacune associée à un soleil différent – , les dieux se réunirent à Teotihuacan pour parfaire le monde et donner naissance à de nouveaux astres.

Après avoir érigé deux grandes pyramides, deux d’entre eux furent choisis pour être offerts en sacrifice. Le premier, Nanhuatl, n’était qu’un pauvre infirme, pustuleux et disgracieux. En revanche, le second dieu, Tecciztecatl , était très riche et puissant. Un grand brasier fut alors allumé afin d’accomplir les rituels. Tecciztecatl apporta des offrandes d’or, d’encens,  de jade et de plumes précieuses venant des basses terres tropicales, tandis que Nanhuatl n’avait à offrir que des épines de maguey baignées de son propre sang. À la fin de cette cérémonie, les deux divinités se jetèrent dans le brasier afin d’engendrer les astres.

Mais l’orgueilleux Tecciztecatl hésita, reculant par quatre fois. alors que le petit Nanahuatl s’élança sans crainte dans les flammes et donna naissance au Soleil resplendissant. Reprenant courage, Tecciztecatl le suivit et tomba dans les cendres du brasier, devenant ainsi la Lune. Ils furent ensuite placés dans les cieux, respectivement par un aigle et un jaguar. Cependant l’astre solaire restait immobile dans le ciel ; ce n’est qu’après le sacrifice de l’ensemble des dieux rassemblés à Teotihuacan qu’il put commencer sa course et faire de la Terre un endroit propice à la vie humaine.

C’est donc par le sacrifice des dieux que le monde fut organisé dans la cité de Teotihuacan, et c’est par le sacrifice des hommes qu’il était entretenu.