Volubilis

La ville de Volubilis, située dans le nord du Maroc, est l’ancienne capitale de Maurétanie. Elle devient province en 40 après J.-C. Dès la période augustéenne, la cité connaît un important développement urbain qui se poursuit jusqu’au IIe siècle.

Une ville punique et romaine

La ville protégée par un rempart érigé dans la seconde moitié du IIe siècle, présente un certain nombre de caractéristiques mêlant des éléments de la cité punique d’origine et des éléments de la nouvelle ville romaine. Le centre de la ville était organisé autour du forum. La place de forme irrégulière, était encadrée par des thermes au sud, une basilique à l’est, et un portique ceinturant deux temples au nord-ouest.

La basilique du forum était ouverte vers la place du côté ouest et comportait une nef centrale bordée de colonnes. Au sud de la basilique se trouvait le capitole, dédié aux dieux de la triade capitoline, Jupiter, Junon et Minerve. Il existait également un autre sanctuaire, appelé « temple B » et situé à l’est de la cité, à proximité de la muraille. Ce vaste enclos de près de 3 200 m² renfermait trois autels et était entouré d’un portique sur trois de ses côtés. Sur le côté dépourvu de colonnade, plusieurs bases carrées ont été retrouvées et servaient peut-être de petites tables sacrificielles.

Le quartier romain

La partie nord-est de la ville constitue le quartier « romain » de Volubilis. Construit selon un plan hippodaméen – en damier-, le quartier est annoncé par une arc monumental dédié à Caracalla marquant l’aboutissement du decumanus -la voie est-ouest de la cité-, depuis la porte de Tanger située à l’ouest. La ville était également approvisionnée en eau par un système de distribution sophistiqué. Celui-ci approvisionnait les principaux monuments publics de la ville tels que les thermes, les fontaines, les bassins, mais aussi les latrines publiques. L’eau était par la suite évacuée grâce à des égouts qui se déversaient dans les ruisseaux situés à proximité.

Les différents monuments de la cité, de même que les habitats, témoignent de l’intégration des mœurs romaines dans l’ancienne capitale de Maurétanie. Si les représentants du pouvoir romain ont définitivement quitté les lieux dès la fin du IIIe siècle, le site est néanmoins resté occupé jusqu’à la période médiévale.

L’arc de Caracalla

Arc de Caracalla

Construit au carrefour des quartiers ouest et nord-est,, l’arc monumental situé à l’extrémité du decumanus principal de Volubilis était dédié à Caracalla et à sa mère Julia Domma, l’épouse de l’empereur Septime Sévère. L’arc, haut d’environ 14 m, fut érigé en remerciement d’une remise d’impôt par Caracalla en 216-217 après J.-C. Deux statues de bronze de Caracalla et de sa mère, conduisant un char, étaient disposées au sommet. Composé d’une seule arche, l’arc se divisait en trois registres.

Sur l’attique étaient disposés des médaillons avec les allégories des quatre saisons. À la hauteur de l’entablement figuraient des panneaux d’arme, tandis que sur les piédroits, surmontant deux niches encadrées par deux colonnes libres disposées sur des podia, des boucliers étaient représentés. Les saisons et les insignes militaires faisaient référence à la suprématie intemporelle de l’empereur, comme le suggèrent également les fragments de Victoires découverts à proximité.

Les maisons de volubilis

Maisons de Volubilis

Le site de Volubilis est également célèbre pour les nombreuses maisons qui y ont été fouillées. L’ouverture de nouvelles zones constructives intégrées à la cité – « le quartier romain »-, a permis aux habitants de Volubilis d’exprimer à travers l’architecture domestique le métissage de leur culture.

La plupart des demeures avaient l’apparence des maisons romaines et en avaient certaines caractéristiques -péristyle, triclinium -, mais certaines de leurs composantes proprement italiques en étaient parfois absentes, comme le tablinum ( bureau du maître de maison) ou encore l’atrium (salle centrale de la maison agrémentée d’un bassin recueillant les eaux de pluie).

Ces maisons étaient parfois richement décorées, comme le rappellent les nombreuses mosaïques découvertes  sur le site. Si les mosaïstes de Volubilis n’ont pas fondé de véritable école stylistique, leur production témoigne d’une grande ingéniosité, notamment en ce qui concerne les productions de type géométrique. On pouvait trouver dans certaines maison des installations propres à l »artisanat et au commerce : pressoirs à huile, ateliers de potiers ou en core boutiques donnant sur la rue.