Aphrodisias

La cité d’Aphrodisias de Carie est située dans le nord de l’Asie Mineure. Occupée depuis le néolithique, c’est à partir du IIe siècle avant J.-C. que la cité commença à se développer. L’empereur Auguste favorisa également la cité et, à partir du Ier siècle après J.-C. , celle-ci connut un développement urbain important.

Une ville en développement

La cité tire son nom de la déesse Aphrodite, où un sanctuaire lui était consacré, hérité des anciens cultes à la déesse mère de la région. La ville s’organisait selon un plan orthonormé probablement mis en place entre le IIe et le Ier siècle avant J.-C. Au centre de la ville se concentraient les principaux monuments ; seul le stade était rejeté au nord de la ville.

Le centre urbain d’Aphrodisias s’articulait autour de l’agora, située au cœur de la cité. Cette vaste place de 202 m de longueur sur  72 m de largeur était entourée d’un double portique probablement édifié ) la fin du Ier siècle avant J.-C. par C. Julius Zoïlos, affranchi d’Auguste.

Au nord de cette première place se trouvait le bouleutêrion, où se tenait l’assemblée des citoyens. Il pouvait accueillir environ 1750 personnes qui se répartissaient sur les gradins disposés en conque. Les puissants contreforts supposent que celui-ci était couvert.

Le temple d’Aphrodite

Le temple d’Aphrodite se situait à l’arrière du bouleutêrion. Le monument connut plusieurs phases de constructions. Le premier temple , érigé au milieu du Ier siècle avant J.-C. , subit une première reconstruction environ 50 ans plus tard. Le corps du temple fut agrémenté d’une colonnade imposante (8 x 13 m), faisant de la cella initiale un véritable temple pseudodiptère.