Cusco

Même s’ils se donnaient comme lieu de naissance mythique le bassin du lac Titicaca, c’est dans la région des Andes centrales que les Incas établirent leur capitale, à près de 3700 mètres d’altitude.

« Le nombril du monde »

En langue quechua, Cusco signifie « le nombril du monde ». De fait, la ville créée par le pouvoir inca se trouvait au centre d’un immense empire fractionné en quatre grandes régions, le Tahuantinsuyu. D’après leur mythe fondateur, Manco Capac et Mama Ocllo, après avoir effectué un long périple, posèrent dans la vallée de Cusco les fondations de la capitale de leur future empire. À leur arrivée, ils se séparèrent pour rassembler pacifiquement sous leur autorité les différents groupes peuplant déjà la région.

D’après la légende, c’est ainsi que la cité fut édifiée en deux moitiés se complétant ; un hanan Cusco ( Cusco « haut ») rassemblant les populations conduites par Manco Capac, et un hurin Cusco (Cusco « bas ») composé des groupes ayant suivi Mam Ocllo. Cette dualité complémentaire est l’un des principes fondamentaux de la pensée andine et se retrouve encore de nos jours dans tous les aspects de la vie.

La cité impériale

La capitale était subdivisée en quatre quartiers ouvrant chacun sur l’une des quatre régions du Tahuantinsuyu. La ville de Cusco reproduit ainsi à son échelle, l’organisation du monde inca e se place véritablement comme le centre du pouvoir terrestre. De ce point s’étendra et rayonnera l’influence du groupe inca sur le reste du territoire andin. Mais si pour la bande côtière l’utilisation de la brique d’adobe reste majoritaire, les populations montagneuses ont pour leur part toujours privilégié la ressource locale, la pierre. De la cité inca, un grand nombre de vestiges nous sont parvenus malgré la réoccupation et les destructions espagnoles. Le cœur historique existe toujours, avec ses ruelles étroites aux murs de pierres emboîtées.

Discussion