La Grande Muraille de Chine

Depuis le Ve siècle avant J.-C., la Chine est divisée en sept états principaux: Qi, Han, Yan, Chu, Zhao, Wei et Qin. En 247 avant J.-C., âgé de 13 ans, Qin Shi Huangdi succède à son père et devient roi des Qin. Entre 230 et 221 avant J.-C., il unifie les différents états. Il met fin à la période des Royaumes combattants et devient le premier empereur de Chine.

Des fortification anciennes

Si la « paternité » de la Grande Muraille revient à Qin Shi Huangdi, son origine et son histoire sont en réalité plus complexes. Les premiers tronçons sont construits bien avant son accession au pouvoir et s’expliquent par les différentes rivalités existantes entre les royaumes.
Ce n’est que vers 230 avant J.-C. que le premier empereur de Chine, dans sa politique d’unification, décide de faire bâtir des murs pour relier les différentes sections des anciennes fortification. Ce chantier titanesque nécessite une main d’œuvre très importante.
L’historien chinois Sima Qian y fait quelques allusions dans ses mémoires,Le Shiji, au chapitre 88 : que la dynastie Qin eut unifié l’Empire, le général Meng Tian fut envoyé au nord avec 300 000 hommes pour repousser les tribus barbares. Il conquit le Henan et construisit une Grande Muraille en se servant des avantages topographiques. Il construisit des forteresses aux défilés. La muraille partait de Lintao pour arriver à Liaodong sur plus de 10 000 li. Elle traversait le fleuve Jaune pour arriver à Yangshan ».
S’il existe peut de sources historiques sur la construction de la muraille à cette période, les légendes et la réputation de cruauté de l’empereur se sont chargés de combler les lacunes : de nombreux ouvriers seraient morts à la tâche et leurs corps auraient été ensevelis dans les remblais.
Mais le chantier ne s’arrête pas avec le règne de Qin Shi Huangdi. Il se poursuit jusque sous la dynastie Ming, entre 1368 et 1644.