L’armée de terre cuite

En 1974, des fermiers qui creusaient un puits à l’est de Xi’an, dans la province de Shaanxi, découvrent un guerrier de terre cuite, sortant ainsi le mausolée de Qin Shi Huangdi d’un sommeil de plus de 2000 ans.

Selon l’historien Sima Qian -vers 145-86 avant J.-C.-, près de 700 000 artisans et ouvriers provenant de toutes les provinces de l’empire, furent nécessaires pour construire le mausolée de Qin Shi Huangdi. Le premier empereur de Chine, dans sa mégalomanie, avait de quoi rivaliser avec les pharaons d’Égypte et leurs pyramides.

Une demeure somptueuse pour l’au-delà

Qin Shi Huangdi ( vers 259-210 avant J.-C.), après avoir conquis les Royaumes combattants, devint le fondateur du premier royaume unifié de Chine et prit le titre d’empereur. Désireux plus que quiconque de briller, il fit sculpter des milliers de soldats et des chevaux à échelle réelle avant de les faire placer dans son tombeau.
Les travaux de son mausolée débutèrent dès son accession au trône, à l’âge de 13 ans. Son père n’avait régné que pendant trois ans, et Shi Huangdi lui-même échappa à plusieurs tentatives d’assassinat.
Son projet de mausolée fut achevé quelques années après sa mort, qui aurait été causée par un empoissonnement au mercure, après avoir ingéré des pilules censées offrir la vie éternelle.
Les statues de terre cuite furent alignées face à l’est, orientées vers les provinces conquises par Shi Huangdi.

Un chantier titanesque

La majorité des ouvriers travaillant sur le mausolée ont été affectés à la construction des statues en terre cuite. Utilisant des matériaux trouvés à proximité, sur le mont Zin, les artisans sculptèrent séparément les jambes, les bras et les torses. Les têtes étaient formées à partir de six moules individuels avant de se voir attribuer des traits uniques.
Les armes des statues -lances, épées, haches, arcs-, dont la plupart ont été pillées, étaient de véritables armes ayant servi sur les champs de bataille sous le règne de l’empereur.
Des tests effectués sur des flèches retrouvées dans le mausolée ont permis de démontrer qu’elles étaient capables de transpercer une armure, fait remarquable pour l’époque.

Le mausolée n’a pas livré tous ses secrets

Le mausolée n’a été découvert que tardivement, en 1974, et le site archéologique, qui s’étend su une zone de 56 km², n’a pas encore livré tous ses secrets.
Ainsi, la tombe de l’empereur, adjacente aux fosses contenant les statues, demeure fermer afin de protéger tous les objets funéraires qui sont enterrés avec lui.
De plus, si l’on en croit l’hypothèse communément admise que le mausolée abriterait autant de statues qu’il y avait de guerriers dans la garde impériale, de nombreuses découvertes restent à mettre au jour.
Toutefois, les recherches menées jusqu’à présent ont déjà permis de livrer des informations de premier ordre sur les techniques artisanales de l’époque.